growth-hacking

Le growth hacking, pour qui ?

Cette question revient assez régulièrement dans les différents échanges que nous pouvons avoir avec des entrepreneurs. Est-ce que la mise en place des différentes techniques de growth hacking est uniquement réservée à une typologie précise d’entreprise ? La structure doit-elle disposer de pré requis ? Le growth hacking est-il réservé aux structures les plus digitalisées ? Autant de questions, autant de situations qui nécessitent une réponse claire !

Le growth hacking, à l’essence des startups

Le growth hacking est naturellement apparenté aux jeunes pousses. En effet, c’est dans cet environnement qu’il a été créé et dans lequel il a cru. Pour permettre leurs développements rapides, ces structures avaient besoin des moyens les plus rapides pour « pirater la croissance ».


Toutes les startups vont mettre en place leur propre stratégie, leur propre méthode pour développer leur entreprise en dépensant le moins d’argent possible. Elles vont alors utiliser les moyens qu’elles connaissent le mieux : le numérique. Pour cela, elles vont créer de nouveaux outils, scrapper l’existant et utiliser les bonnes techniques du webmarketing. À cela, il faut ajouter une vision extrêmement ROIste ainsi que l’utilisation de la méthode Lean.

Le growth hacking, un outil pour les grands groupes

La méthodologie AARRR n’est qu’un outil qu’utilisent les grands groupes. Le growth hacking leur sert avant tout comme une piste de réflexion pour parfaire leur communication et leur marketing. Il sert principalement à toucher des clients qui s’écartent de plus en plus du modèle de la « ménagère de moins de 50 ans ». Ce n’est qu’un moyen d’accroître leur visibilité, en développant leur communauté. Cela leur permet d’éviter des crises de confiance envers leur modèle et d’atténuer d’éventuel badbuzz.

growth-hacking

Le growth hacking n’est alors plus qu’un simple outil de marketing intelligent, qu’une technique. Bien que cette technique amène d’importante réduction de coût, elle n’est employée qu’avec parcimonie et non à sa pleine efficience. Un exemple pour appuyer notre propos, le groupe AXA pourrait mettre en place une stratégie de géolocalisation automatique pour se rendre directement sur le site internet de l’agence la plus proche de l’internaute.

Le growth hacking, un essentiel pour les TPE/PME

Que vous ayez effectué votre transformation digitale ou que vous souhaitiez utiliser la puissance du numérique pour développer votre structure. Utiliser le growth hacking vous permettra de développer votre chiffre d’affaires. Réussir à obtenir davantage de contrats, favoriser le bouche-à-oreille ou développer votre communauté, autant d’objectifs atteignables.

De plus, l’utilisation des différentes techniques vous permettra d’anticiper voire d’éviter les badbuzz (notamment les mauvaises notes sur Google ou les réseaux sociaux). Étant par essence la technique économe en argent, sa mise en œuvre est et demeure accessible.

recommandation

N’importe quelle entreprise peut mettre en place les différentes techniques de growth hacking. Le growth hacking est du marketing intelligent, digital et optimisé (du smart marketing).


Si vous aussi, vous souhaitez mettre en place une stratégie de growth hacking, Richard Bulan est à votre écoute.